Innover, c’est d’abord voir les choses avec un angle neuf. “Think different” [Pensez différemment] disait Steve Jobs … Pour susciter ce décalage, nous vous proposons une petite série humoristique en cinq épisodes autour de l’histoire - complètement fictive et parodique - d’une start-up présentant au concours Auvermoov un moyen de transport pour le moins ... original : la catapulte.


Les épisodes sont publiés chaque mois jusqu’en janvier 2018. Pour les découvrir, “scrollez” simplement vers le bas de cette page …

C’est dans son bureau que prennent forme toutes les innovations du SMTC. Jonathan Charmalat est chef de projet, de formation ingénieur. Sa mission : déterminer - avec les start-ups et les collectivités candidates à l’expérimentation - la forme et la procédure de test pour les expérimentations lauréates. Depuis le début de l’été, il planche sur le projet Catapulse qui doit relier Paparlat à Clermont en moins de 2 minutes. Reportage.

“L’important, c’est d’éviter de réduire en bouillie informe et tremblotante les voyageurs.” Calculs à l’appui, Jonathan résume les enjeux principaux de l’expérimentation Catapulse qui va démarrer sous ses auspices. Deux équipes de techniciens sont sur le projet : une pour le départ, une pour l’arrivée, et une pour le “véhicule”. Avec pour seul impératif : la rigueur mathématique.

Pour le point de départ, le dispositif serviciel proposé par la start-up Koodbool a été amélioré : borne numérique permettant de scanner son billet reçu en PDF, musique d’attente composée par Richard Clayderman (Hans Zimmer ayant été jugé trop anxiogène), et possibilité de boire un verre de whisky, de fumer une cigarette et de rencontrer un aumônier.



Le schéma initial du véhicule Catapulse, élaboré lors d’un déjeuner au Rallye

“Pour les utilisateurs, c’est ce qui fait la différence” concède Jonathan. “Même si je préfèrerait qu’ils s’extasient devant l’aérodynamisme de la coupelle d’éjection et le mécanisme de torsion du ressort libérateur, mais bon …” L’ingénieur reste silencieux quelques secondes, le regard perdu dans le vague. Puis il hausse les épaules et se replonge dans le calcul de ses équations.

Mais la partie la plus délicate reste l’arrivée, sur laquelle Jonathan et son équipe semblait buter pendant plusieurs jours. “Franchement, tout se passe bien sur presque tout le trajet” concède-t-il. “Le parking, l’enregistrement, l’embarquement, le lancement, le vol … il n’y a que l’arrivée qui présente un taux d’échec de 100%. Ce n’est pas satisfaisant.” dit-il en fronçant les sourcils.

“Ma hantise, c’est le Titanic. Même si les conditions n’ont absolument rien à voir.”

Qu’à cela ne tienne: en renforçant le maillage des filets de réception, et ajustant la catapulte pour une courbe de vol plus horizontale, l’équipe de choc du SMTC a enregistré ses premiers succès il y a une semaine.



Arrivée du Catapulse sur le site d’expérimentation (vue d’artiste)

Depuis, le “taux d’insatisfaction” (expression utilisée par la direction de communication) décroît de jour en jour. Ce qui a permis au dispositif de remporter un label de choix: celui décerné par l’Association des Grandes Marques de Lave-Linge.

Schéma 3D du véhicule de la Catapulse (faites-le tourner vers la gauche ou vers la droite, ou passez dessus avec le pointeur de la souris)

Le projet entre désormais dans une nouvelle phase: l’expérimentation au grand public. Les premiers utilisateurs non “bêta testeurs” vont pouvoir entrer en piste, qu’ils soient des particuliers ou des représentants d’entreprises.

Jonathan, lui, va se concentrer sur les “métriques”, à savoir les indicateurs de bon fonctionnement de l’ensemble du dispositif. Sur un plan technique, bien sûr. “Pour compter le nombre d’utilisateurs, je pense installer un petit tourniquet en aluminium sur le point de départ” précise ainsi Jonathan. Aurait-on pu faire plus innovant ? Oui, explique l’ingénieur du SMTC, si son budget n’avait pas dû être alloué en quasi-totalité aux droits d’auteurs de Richard Clayderman.

Prochain épisode : Christophe, le chef d’entreprise - 25 décembre

Crédits : photos bureau (biker3), file d’attente (milkovasa), assiette (nitr), taches de vin (only4denn), verre de vin (baibaz) + logo Catapulse par Fotolia ; polices open font Google “Arvo” et “Slabo”

Merci à Jonathan Lamarche pour sa participation

Animation et visionneuse 3D du véhicule par Samy Lange, Arkima

Ecriture et réalisation vidéo/graphique : Damien Caillard, Inlocal

Montage web : Coqpit