Innover, c’est d’abord voir les choses avec un angle neuf. “Think different” [Pensez différemment] disait Steve Jobs … Pour susciter ce décalage, nous vous proposons une petite série humoristique en cinq épisodes autour de l’histoire - complètement fictive et parodique - d’une start-up présentant au concours Auvermoov un moyen de transport pour le moins ... original : la catapulte.


Les épisodes sont publiés chaque mois jusqu’en janvier 2018. Pour les découvrir, “scrollez” simplement vers le bas de cette page …

Le “Bernard Tapie auvergnat”, c’est lui : à 54 ans, Christophe Niset dirige depuis 12 ans, la COGIFRAP, une PME leader régional dans l’industrie des services agricoles. Auparavant, il avait racheté une société de production de Saint-Nectaire, puis le club de curling de Rochefort-Montagne, puis un cabinet d’assurance qu’il a réorienté vers l’industrie du roulement à billes. Après une rapide peine de télévision et l’animation d’une émission de prison (à moins que ce ne soit l’inverse), Christophe a investi les dommages et intérêts gagnés contre l’Etat dans la COGIFRAP, désormais son porte-étendard. Reportage.

“J’adore ce projet !” s’exclame Christophe Niset quand on évoque l’expérimentation Catapulse. Basée au Brézet, l’entreprise GOGIFRAP emploie de nombreuses personnes résidant à Paparlat - suite à un tirage au sort lors d’une tombola. Résultat : une dizaine de salariés, qui avaient l’habitude de venir en covoiturage ou en TER/bus/tram/trottinette, ont été encouragés à tester l’aventure Catapulse.

Optimiste, Christophe compte sur l’expérimentation menée dans le cadre d’Auvermoov pour réduire le temps de trajet “pendulaire” de 1h30 à moins de 15 minutes. Avec un regret, toutefois : “les premiers essais ont montré que les salariés arrivaient un peu désorientés.” constate-t-il. “Pour l’atelier de couture à la main et pour l’équipe des contrôleurs qualité puzzle, c’est pas top.”. Un détail qu’il espère voir corriger prochainement : il en a fait part à ses contacts au SMTC.

Ce qui plaît particulièrement à Christophe, c’est le fait qu’il est à ce jour le premier professionnel à élaborer un Plan de Mobilité incluant des transports à la catapulte. Et, être le premier dans un domaine, c’est une sorte de mantra pour le fondateur de la COGIFRAP : “j’ai toujours voulu faciliter les déplacements de mes salariés” assure-t-il. Avant de poursuivre : “J’avais montré l’exemple il y a quelques années en emmenant mon comité de direction - 7 personnes - dans ma Smart Kiki Picasso de fonction, puis j’avais créé une navette d’entreprises appelée “challenger” … même si son succès était mitigé … bref, vous voyez, j’y crois vraiment !”

“Sur un malentendu, ça peut marcher !”



En route pour le séminaire stratégique de la COGIFRAP

La semaine prochaine, Christophe donnera à nouveau de sa personne : il prendra la Catapulse pour faire un “aller retour express” entre Paparlat et Clermont, en compagnie de sa grande-tante de 85 ans qui possède, outre de la moustache, 28 % des parts de son entreprise et dont il est le seul héritier. “ J’ai tellement confiance dans la Catapulse, je veux montrer que tout le monde peut l’emprunter. Bien sûr, c’est une période de rodage, l’accident bête, ça arrive. Le progrès technologique passe par là ! ” concède-t-il en se frottant les mains.

Prochain épisode : Fabienne, l'usager - 25 janvier

Crédits : photo intérieur entreprise + logo Catapulse par Fotolia ;
photo Christophe Sinet par Damien Caillard ; polices open font Google “Arvo” et “Slabo”

Merci à Christophe Sinet de la société Euro Multi Courses pour sa participation

Ecriture et réalisation vidéo/graphique : Damien Caillard, Inlocal

Montage web : Coqpit