Innover, c’est d’abord voir les choses avec un angle neuf. “Think different” [Pensez différemment] disait Steve Jobs … Pour susciter ce décalage, nous vous proposons une petite série humoristique en cinq épisodes autour de l’histoire - complètement fictive et parodique - d’une start-up présentant au concours Auvermoov un moyen de transport pour le moins ... original : la catapulte.


Les épisodes sont publiés chaque mois jusqu’en janvier 2018. Pour les découvrir, “scrollez” simplement vers le bas de cette page …

L’expérience Catapulse arrive bientôt à sa fin. Après une période d’adaptation du projet start-up aux conditions du test terrain, après une mise en place d’un prototype technique, après des essais de bêta-testeurs, voici la phase de l’ouverture au grand public. Fabienne est mère de famille, habitante du quartier de la gare à Clermont. Elle s’est déclarée intéressée pour employer la Catapulse afin de rendre visite à sa grand-mère qui coule une retraite paisible à l’EHPAD « les Gentils Fleuris » de Paparlat. Reportage.

« J’aime beaucoup aller rendre visite à Monique, ma grand-mère » annonce d’emblée Fabienne, le sourire aux lèvres. « Mais le trajet est souvent trop long, même en voiture. Et pas rassurant non plus : il faut passer par la forêt, pas loin du Centre de Formation aux Métiers de la Vente … En plus, je lui amène des tartes maison qu’elle adore et des produits laitiers achetés au marché Saint-Joseph. Mais ils sont gâtés par un trajet si long, c’est dommage. »

D’un optimisme à toute épreuve, Fabienne et sa fille sont fières de participer à cette expérience Auvermoov. « Ca me facilitera la vie si ça marche, c’est sûr. Après, on est dans une phase de test, et on ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs » dit-elle, en se demandant si cette analogie est appropriée.

Faciliter la vie quotidienne, c’est bien l’objectif des projets Auvermoov tels qu’ils sont mis en avant par le SMTC. En plus du projet de Catapulse, le jury a remarqué un projet de bus roulant à la truffade, un distributeur d’échasses pour les piétons qui ne veulent pas attendre le feu vert, et un téléporteur de la start-up écossaise « Scotty Enterprise » pour se transmuter en toute simplicité (projet abandonné pour cause de kilt non réglementaire).

Après quelques semaines d’utilisation par Fabienne et de nombreux autres usagers, la Catapulse est un succès. Pour preuve, la conférence de presse donnée par le SMTC qui a fait un bilan élogieux de l’expérimentation, avec des relais dans des magazines aussi prestigieux que « Dongeons et Dragons Actus », « The New England Journal of Ballistics » et « Bozour les Zamis » qui consacre un dossier « spécial cirque » pour ses lecteurs de moins de 7 ans.

“La catapulte, un moyen de transport bien d’chez nous que même les Américains nous envieront !”

Prochaine étape : l’établissement de plusieurs lignes supplémentaires, et un partenariat avec la tour de contrôle d’Aulnat pour s’assurer que les altitudes de croisière sont différentes.

Un an a passé, et une nouvelle saison Auvermoov se prépare. De nouveaux projets de mobilité seront proposés, discutés, puis élus par les habitants. Lentement mais sûrement, la métropole clermontoise se fait une place dans le club select des villes qui utilisent des catapultes pour se déplacer (le club a été fondé avant-hier par le président du SMTC, et compte un membre). Avec, en ligne de mire, la construction d’un Hyperloop en bois issu de forêts à gestion durable du Cézallier.

C’était le dernier épisode du Dossier Catapulse. Merci pour votre fidélité !
Plus d’infos sur www.auvermoov.fr

Crédits : photos EHPAD ((Robert Kneschke), montage corporate (vectorfusionart), vue de Clermont (thomathzac23), jury Auvermoov (SMTC) + logo Catapulse par Fotolia ; polices open font Google “Arvo”, “Slabo” et “Syncopate”

Merci à Fabienne Sol et à Jannice pour sa participation

Vue 3D du véhicule par Samy Lange, Arkima

Ecriture et réalisation vidéo/graphique : Damien Caillard, Inlocal

Montage web : Coqpit